La technologie DAC peut-elle sauver le monde du réchauffement climatique?


Unité d’Absorption Directe de Carbone DAC. Source Carbon Engineering inc


La technologie DAC peut-elle sauver le monde du réchauffement climatique?

7 Mai 2019, Fabien MICHEL

Connaissez-vous le DAC, pour “Direct Air Capture” du CO2 ?

Bien que n’utilisant pas des principes physiques résolument nouveaux, il s’agit d’une technologie assez récente pour absorber le CO2 de l’atmosphère. Celui-ci peut ensuite être conditionné sous différentes formes (gaz concentré, pellets solides…) permettant d’autres usages (usages directs, injection dans des réservoirs pétrole/gaz, fabrication de fuel synthétique), via des ‘routes’ plus ou moins complexes, mais néanmoins disponibles aujourd’hui dans le paysage technologique. Plusieurs entreprises ce sont lancés sur le sujet, avec des premiers pilotes industriels.

e n’utilisant pas des principes physiques résolument nouveaux, il s’agit d’une technologie assez récente pour absorber le CO2 de l’atmosphère. Celui-ci peut ensuite être conditionné sous différentes formes (gaz concentré, pellets solides…) permettant d’autres usages (usages directs, injection dans des réservoirs pétrole/gaz, fabrication de fuel synthétique), via des ‘routes’ plus ou moins complexes, mais néanmoins disponibles aujourd’hui dans le paysage technologique. Plusieurs entreprises ce sont lancés sur le sujet, avec des premiers pilotes industriels.

Du point de vue, consommation en énergie et en eau, il n’est pas évident de voir un scale-up massif de ces technologies à leur stade actuel, mais de nombreuses améliorations sur l’efficacité sont en voie de recherche.

Le coût de mise à disposition du CO2 à partir de l’atmosphère est aujourd’hui annoncé à 100 USD la tonne, après une forte baisse sur ces dernières années, baisse pouvant probablement être maintenue si les volumes sont déployés (les volumes de production n’étant pas l’unique condition, n’est ce pas?).

Ainsi, on peut donc parler de l’émergence d’une filière technologique avec des premières réalisations et un potentiel d’amélioration technico-économique quasi-certain.

Pensez-vous qu’elle peut changer le monde ?

Non, Oui, Peut-être ? La réponse n’est certainement pas simple. 

Certains répondront ‘NON’ sur la base que le problème n’est pas de récupérer le CO2 de l’atmosphère car :

  1. On sait le faire sur les centrales thermiques et les cimenteries avec un facteur de concentration bien meilleur,
  2. On reste bloqué par les voies de stockage du CO2. Pour baisser la concentration en CO2 de l’atmosphère, il faut trouver un moyen de renvoyer le CO2 d’où il vient : c’est à dire pour une grande partie, du sous-sol.

D’autres pourraient répondre ‘OUI’, en rappelant que dans un monde où les énergies renouvelables sont à coût marginal nul (c’est la direction que nous prenons), recycler le carbone de l’atmosphère pour produire du carburant / kérozène permet de viser un monde carbone-neutre sans changer les infrastructures existantes !

Mais surtout d’être capable de le faire à n’importe quel endroit change beaucoup de choses. Si on n’achetez plus de gaz ou de pétrole, imaginez-vous le bouleversement géopolitique.

Pour ma part, je dirais ‘Peut-Etre’, non pas parce que je n’arrive pas à me ranger à l’un ou l’autre des arguments, mais parce que je pense sincèrement que le problème n’est pas technologique, mais bien “Entrepreneurial”. La technologie de résout rien elle-même mais elle permet de faire naître des initiatives. Il est bien plus pertinent d’observer quels chemins et choix font les entrepreneurs que de se fonder un avis OUI / NON sur la seule technologie elle-même. En particulier (sans ordre de priorité chronologique):

  • Quel sera le Produit ? : Quel arrangement de la technologie (taille, fonction, caractéristiques physiques) est proposé au Marché.
  • Quels seront les Marchés ? :Va-t-on s’équiper de son plus grand filet à papillon pour essayer de viser tout le monde, ou va-t-on cibler ?
  • Et au final : avoir un Produit, des Clients, un Marché ne suffit pas pour réussir. Combien de société de ce type ce sont plantés dans le passé et on fait faillite, ou à minima combien ont fortement dégradé la valeur créée pour leurs actionnaires, clients et employés ? Certainement beaucoup trop! même si ce n’était pas inévitable.

Alors, est-ce vraiment une question de technologie ?

Quelques Liens :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *