Le H2 naturel a-t-il un pouvoir effet de serre ?

Le H2 naturel a-t-il un pouvoir effet de serre ?

Photo by Shot by Cerqueira on Unsplash

Quand il est produit par des sources bas-carbone (énergies renouvelables ou nucléaire), l’hydrogène (H2) est un vecteur énergétique très pertinent pour décarboner des usages dans l’industrie ou la mobilité (en particulier pour la mobilité lourde : camions, bus, flottes captives).

Mais que se passe-t-il si du H2 se retrouve dans l’atmosphère ? A-t-il un impact sur l’effet de serre ? et si oui, lequel ?

Dans un rapport de 2018 intitulé “Changes in Atmospheric Constituents and in Radiative Forcing”, le GIEC (IPCC) mentionne l’impact de différents composés sur l’atmosphère et l’effet de serre. Et l’hydrogène en fait parti, au titre des effets indirects.
“Les effets chimiques sont similaires à ceux du CO, entrainant une production d’ozone et ‘accroissement’ (enhancements) de CH4. Deux études (Prather, 2003, et Derwent et al., 2001) ont permis d’estimer un GWP équivalent à 5.8.

Un rapport du UK de 2018 sur le sujet mentionne également ce point, en insistant toutefois sur les incertitudes associées à cette estimation (page 12 pour les curieux.ses)

Alors que peut-on en penser ? 2 remarques clés

1/ Tout d’abord, s’il ne faut pas nier cette réalité, le pouvoir effet de serre modeste de 5.8 combiné à des flux faibles ( il s’agit de fuites de H2, des taux de fuites faibles, pour des débit faibles) laisse à penser que l’impact effet de serre est à ce stade négligeable par rapport aux bénéfices de l’hydrogène (s’il est renouvelable).

2/ D’autre part, si on regarde les fuites naturelles de H2 produit en quantité importante (aux niveaux des dorsales océaniques, mais pas que), il y a un potentiel important à valoriser d’un point de vue économique … et environnemental, en développant une économie du H2 naturel. Raison de plus pour poursuivre les études et les développements sur cette thématique (j’en parle sommairement ici)